[Théâtre]
Hanpa, la grande déesse de la sécheresse
LEE Yi-Hsiu
(李易修)
Compagnie|La Cie MaxMind
Durée|60min
Lieu|
Présentation de la pièce

Un mythe extrême-oriental revisité à la taïwanaise qui dialogue, chante et danse au son du nanguan, du kun-chü et de musique d’animés japonais, avec masques, marionnettes et tap dance !

Il y a si longtemps que le dernier monde a disparu, ne laissant qu’une graine dans la mémoire de Hanpa, déesse de la sécheresse. Vagabonder ? Créer un monde ? Ou continuer à dormir ? L’heure est venue de décider !

L’histoire de Hanpa apparaît pour la première fois dans le Classique des mers et des monts (Shan-haï Jing), ouvrage compilé il y a quelque 2000 ans. Fille de l’Empereur Jaune (Huang-di), Hanpa est déesse de la sécheresse et, à ce titre, peu aimée par les humains. Bien qu’ayant usé de son pouvoir de faire régner la sécheresse pour permettre à son père de gagner une guerre, elle fut abandonnée parmi les humains par celui-ci et l’ensemble des dieux sans possibilité de regagner son domicile céleste des Monts Kunlun. Imaginant une suite à ce très bref récit légendaire, le dramaturge et metteur en scène LEE Yi-Hsiu a créé en 2008 une première version de Hanpa dont la structure était directement calquée sur celle du récit fragmentaire du Shan-haï Jing. En 2019, il a remanié la version originale en imaginant que Hanpa dialoguait avec elle-même dans un rêve précédant son réveil.

Hanpa, la grande déesse de la sécheresse, qui donc tire son origine de Hanpa, spectacle présenté en 2009 au Festival OFF d’Avignon, narre, au travers d’un mythe antique combiné aux sons de la musique nanguan, un rêve de démiurgie. Si tous les personnages sont tirés du Shan-haï Jing, leur psychologie, leurs désirs et pensées, leurs attachements, ressentiments, amours et haines réciproques ont été considérablement modifiés de telle sorte qu’en résulte une toute nouvelle histoire. Trois acteurs suffisent à interpréter tous les rôles de la pièce. Pour ce faire, ils utilisent différents masques et accessoires tout en modifiant leur voix.   

Les voix et la musique sont des éléments structurant de l’atmosphère de mythe qui envahit la scène. La musique composée par HSU Shu-Hui dans laquelle se mêlent les styles nanguan et beiguan. Les suites mélodiques et rythmiques traditionnelles y sont désassemblées et recombinées, avec des accompagnements de percussions variant selon les scènes et par moments des sons rythmés de claquettes qui contrastent fortement avec les styles traditionnels de la nanguan et de la beiguan.

  

Distribution

Directeur artistique, dramaturge | LEE Yi-Hsiu
Compositrice et musicienne | HSU Shu-Hui
Production et diffusion | TSAI Ching-Fang
Interprètes | SHIH Pi-Yu, HSIAO Chen-Chieh, WANG Shih-Chun
Musicienne | LIAO Han-Yu
Régisseuse générale et lumières | HUANG Shih-Ping
Relations publiques internationales et sur-titrage| TSENG Pei-Tzu
Assistante à la diffusion| CHANG Yu-Chiao

Contact

Ms TSAI Ching-Fang
Tel : +886939078947
Email : laciemaxmind@gmail.com

Galerie